Introduction à l'Acupuncture


Les articles sur l'Acupuncture et la Moxibustion

L'introduction

Les indications

Les méridiens énergétiques


méridiensdevant

Bienvenue dans notre website. Pour nous contacter: par tel. 01 40 44 80 82  ou par e-mail: agocab@hotmail.com   ***   Merci de votre visite

 Contactez-nous par e-mail

 

Transports:
Métro Alésia (ligne 4)
Bus 28, 38, 62, 68

Parking public Maine-Basch

 

drapeau italiendrapeau anglais


Institut
Acupuncture & Homéopathie
à Paris


Cabinet médical

Dr DAU Quang Luong
224, Avenue du Maine

75014  Paris

Tel. 01 40 44 80 82

acutaocina 

 

Les spécialités pratiquées dans notre cabinet

 Acupuncture et Moxibustion
 
 Médecine traditionnelle 

  chinoise


 Médecine manuelle:
    Ostéopathie
    Massage énergétique
    Relaxation

 

Hypnose médicale

 

Homéopathie


 Médecine générale



 

            INTRODUCTION À L'ACUPUNCTURE ET À LA MOXIBUSTION               Docteur Quang-Luong DAU acupuncteur à Paris

 

Depuis presque cinq millénaires l'acupuncture est largement pratiquée en Chine et dans les autres pays qui ont reçu la culture chinoise comme le Vietnam, la Corée et le Japon, toute seule ou en association à la pharmacopée chinoise, au massage énergétique, pour soigner avec succès beaucoup de maladies. En effet le premier livre d'Acupuncture "Huang Di Nei Jing Ling Shu" (Canon interne: charnière sacrée) a été réalisée vers l'an 2800 avant J.-C. (La tradition chinoise a voulu attribuer cette œuvre à l'empereur Huang Di et à ses six médecins conseillers Khi Pa , Kuei Yu Shu, Pa Kao, Chao Yu, Chao Chi et Lei Kung) .


À nos jours, l'acupuncture est reconnue par l'Ordre Mondial de la Santé (OMS) et elle est divulguée en presque tous les continents du monde, surtout en Asie, en Europe et en Amérique du nord.


Beaucoup de recherches biologiques et instrumentales modernes n'ont fait autre que confirmer la théorie des méridiens énergétiques et leur fonctionnalité: les méridiens ou canaux énergétiques et les points disposés sur leur parcours sont des réalités incontestables. L'intervention sur ces points provoque un effet réel sur le système nerveux, sur le tableau neuro-humoral, bio-humorale et sur le numéro et l'activité des cellules hématiques.


Par la suite nous allons énumérer quelques-unes des nombreuses recherches modernes sur la réalité de l'acupuncture.


1) l'existence des méridiens énergétiques


L'institut de recherche de la Médecine Chinoise de Fuckian (Chine), puis Zhong Kok Nghia Hung (Japon) ont constaté que sur la peau il existe des lignes de conduite électrique qui décalquent le parcours des méridiens de l'acupuncture. En outre, sur la peau d'un cadavre la conduite électrique de ces lignes est égale à celle des zones voisines, comme ont remarqué la Division de Biologie de l'université de Médecine de Zhong San (Chine), Clinique universitaire de l'université de Médecine de Tian Tan (Chine), Institut de Médecine Chinoise de Shanghai (Chine). (Cité dans l'œuvre "CHAM CUU HOC", volume 2, pag. 235 - Editeur: Institut de Médecine Chinoise - Hanoï - Vietnam -1979).

2) La réalité des points de l'acupuncture


Différents auteurs occidentaux comme orientaux - parmi ceux-ci, Zhong Kok Nghia Hung (Japon), Niboyet, Brunet, Pourret, Grenier (France), Institut de recherche de Médecine Chinoise de Fuckian (Chine), Clinique universitaire de l'université de Médecine de Tian Tan (Chine), Institut de Médecine Chinoise de Zhong San (Chine), Institut de Médecine Chinoise de Shanghai (Chine), Patsibiakin, Geikin, Iniusin, Adamenko (Russie) - ont démontré que le point de l'acupuncture correspond à une petite zone de basse résistance électrique, et en unissant les points du même méridien on obtient une excellente ligne de conduite électrique. ( Cité dans l'œuvre "CHAM CUU HOC", volume 2, pag. 235 - Editeur: Institut de Médecine Chinoise - Hanoï - Vietnam -1979).


Cette découverte de la variation de la résistance électrique de la peau au point de l'acupuncture a mené les industries à la réalisation des appareils électro-stimulateurs avec l'accessoire releveur de points qui se montre en certains cas utile pour déterminer avec exactitude le point.

3) Effets contractiles de l'utérus


J'ai personnellement obtenu très rapidement, en trois occasions, l'effet de la piqure des points Sanyinjiao et Hegu sur la contraction utérine pendant que j'aidais ma femme à accoucher. Après la stimulation manuelle des points susmentionnés, sur l'écran du moniteur on pouvait observer une augmentation importante des contractions musculaires de l'utérus (= augmentation de l'ampleur et de la fréquence des ondes oscillographiques sur l'écran).


Ce résultat est compatible avec la recherche de la Division de recherche biologique de l'institut Scientifique (Chine) qui a obtenu le même effet contractile utérin de la piqûre du même point Sanyinjiao chez les animaux. (Cité dans l'oeuvre "CHAM CUU HOC", volume 2, pag. 218 - Editeur: Institut de Médecine Chinoise - Hanoï - Vietnam -1979).


L'hôpital populaire n. 6 de Shanghai (Chine) a observé à travers le rayon X le flot des contractions vers le haut de l'utérus et l'augmentation de la circulation de l'iode marqué dans les trompes de Falloppio après le traitement par les points suivants: Sanyinjiao, Zhongji, Qihai et Guilai. (Cité dans l'œuvre "CHAM CUU HOC", volume 2, pag. 218 - Editeur: Institut de Médecine Chinoise - Hanoï - Vietnam -1979).


4) Effets de régularisation du système nerveux


Nakatami Yoshio (Japon) a étudié la conductibilité électrique de la peau avec l'usage de Basmin, Imidalin, Pilocarpine et Atropine.


Avec l'injection de Basmin, un sympathomimétique, on obtient une diminution de la résistance électrique de la peau et une facilité à la conduite électrique à travers la peau.

L'injection d'Imidalin, un sympatholytique, détermine au contraire une augmentation de la résistance cutanée.


L'injection de Pilocarpine, un parasympathomimétique, augmente par contre la résistance électrique de la peau, pendant que celle de l'Atropine, un parasympatholytique, la diminue.


Il a obtenu, avec l'acupuncture, deux effets intéressants:


a - La diminution de la résistance électrique de la peau. Ce fait nous conduit à penser que l'effet thérapeutique de l'acupuncture peut s'expliquer avec l'activation du système sympathique.


b - L'homogénéisation de la résistance électrique de la peau sur toute la surface cutanée du corps, en augmentant la résistance électrique dans les zones où elle est basse et en l'abaissant dans les zones de haute résistance électrique. Ce phénomène nous mène à penser que l'acupuncture ait un effet de rééquilibre de la fonctionnalité du système nerveux autonome. (Cité par Nguyen Van Nghi, Mai Van Dong, Ulderico Lanza dans "Théorie et pratique de l'Analgésie par l'Acupuncture" (Marseille 1974; pag. 374) ).


5) Inhibition des zones motrices du système nerveux central

Une étude électro-encéphalo-graphique sur 88 sujets dont 59 malades et 29 sains réalisée par Dong Thua Thong et Ly Uan Son (Chine) portait à la conclusion que l'inhibition des zones motrices du système nerveux central était obtenue par l'acupuncture avec une stimulation relativement forte dans 90% des cas chez tous les deux groupes, sauf le fait que le temps de latence chez le groupe des sains est beaucoup plus long et l'effet inhibiteur est plus faible. (Cité par Nguyen Van Nghi, Jamais Van Dong, Ulderico Lanza dans "Théorie et pratique de l'Analgésie par l'Acupuncture" (Marseille 1974; pag. 373) ).


6) Mécanisme d'action de l'acupuncture


Dans l'analgésie par l'acupuncture, le mécanisme d'action de la stimulation de l'acupuncture s'explique à travers deux théories intéressantes: Gate Control Theory et Théorie neuro-humorale.


A) La première est la "Gate Control Theory" énoncée par Melzack et Wall (1965) et traduite par Mamo en 1968 et par Sindou et Coll. en 1973. Elle a été citée pour attribuer à l'acupuncture un effet local dans la zone de l'incision chirurgicale. Selon cette théorie, les stimulations douloureuses des extérocepteurs sont transmises aux 3 systèmes:


1. les cellules centraux "T" des cornes postérieures de la moelle;
2. les cellules de la substance gélatineuse de Rolando;
3. le système lemniscale ascendant c'est-à-dire les fibres longues des cordons postérieurs de la moelle.


Il y a deux types de fibres qui transmettent les signaux douloureux: les grosses fibres A - bêta d'une part, les petites fibres A - delta et les fibres C de l'autre.


Les grosses fibres A - bêta (il s'agit de grosses fibres myélinisés) transmettent les signaux en stimulant les cellules de la substance gélatineuse qui ont un pouvoir inhibiteur sur les fibres afférentes, donc elles bloquent la transmission de la douleur.


Les petites fibres A - delta (il s'agit des fibres myélinisés de de faible calibre, de 3 à 4 microns de diamètre, et d'une vitesse de transmission de 2 à 6 m/sec.) et les fibres C (il s'agit de fibres amyéliniques de plus faible calibre encore, de 0,5 à 2 microns de diamètre, et d'une vitesse de transmission de 0,6 à 2 m/sec.) interdisent les activités des cellules de la substance gélatineuse en laissant donc la porte ouverte à la transmission de la douleur aux cellules "T" puis de là au cerveau.


On pense que la sensation de pesanteur, d'engourdissement, (que les Chinois définissent comme sensation de l'arrivée de l'énergie au point où l'aiguille est insérée et stimulée - mais pas de douleur forte ) provoque une transmission de signaux légers à travers les grandes fibres A - bêta qui activent l'effet inhibiteur des cellules de la substance gélatineuse en bloquant ainsi la transmission de la douleur (= fermeture de la porte de transmission nerveuse).


Dans la pratique d'Analgésie pendant les interventions chirurgicales, on pense que la stimulation des aiguilles provoque cette fermeture de la porte de la transmission de la douleur avant que les stimulations douloureuses provoquées par la coupure puissent survenir, et que ces douleurs de l'intervention chirurgicale, en trouvant ainsi la porte fermée à la transmission de la stimulation nociceptive, sont bloquées.


B) La seconde est la Théorie neuro-humorale

La latence de l'apparition de l'analgésie, la durée de l'effet et la distribution territoriale (pas toujours métamérique) ont donné la raison à la théorie neuro-humorale.
Les chercheurs de l'Université de Médecine de Pékin, en 1973, ont réalisé une étude sur l'effet de l'acupuncture chez trois chiens dont la circulation encéphalique avait été croisée par anastomose. Ils ont ainsi obtenu l'effet analgésique sur le second et ensuite sur le troisième chien, en appliquant l'acupuncture sur le premier.

Ce résultat suggèrerait que l'acupuncture est susceptible de provoquer dans l'organisme du premier chien la sécrétion des substances analgésiques qui sont véhiculées vers la circulation sanguine des deux autres chiens à travers les anastomoses.


Grâce à une autre étude, réalisée peu de temps après auprès de la même Université de Médecine de Pékin, les chercheurs ont découvert par contre le siège de la sécrétion de ces substances analgésiques. En effet, l'injection intra-ventriculaire à un chien test, du liquide céphalo-rachidien prélevé d'un chien soumis à l'acupuncture, provoquait une analgésie dans le chien récepteur. L'élaboration de ces substances semblait avoir lieu au niveau du Système nerveux central. (Cité dans "Pathogénie et Pathologie énergétiques en Médecine Chinoise - Traitement par Acupuncture et Massages" - Dr Nguyen Van Nghi, pag. 705 - Marseille 1977).


Dr Bruce Pomeranz, 1977, montra que l'acupuncture stimule les petites fibres de type 3 afférentes dans le tissu musculaire. Ces fibres sont connectées à l'axe hypothalamo-hypophysaire, et ils agissent ensuite soit localement à travers la moelle, soit systématiquement à travers le relâchement de bêta-endorphine et autres neurotransmetteurs. Ces substances analgésiques élaborées dans le chien après la pratique de l'acupuncture seraient les "endorphines" et le siège d'élaboration, l'hypophyse. (Cité dans le livre "Eletrostimolazione agopunturale (EAL) e transcutanea (TENS) - Manuale pratico" de Ulderico Lanza - Ed. 1984 Studio Editoriale Espansione, pag.18)


7) Effets bio-humoraux


Les acupuncteurs de Shanghai (Chine) ont observé, après une séance d'Acupuncture, une augmentation sensible dans le sérum, chez les malades comme chez les sains, de la bactériolysine, de l'agglutinine et de l'opsonine. (Cité dans l'œuvre "CHAM CUU HOC", volume 2, pag. 213, Editeur: Institut de Médecine Chinoise, Hanoï - Vietnam - 1979. )


8) Effets sur la formation des cellules sanguines


Différents auteurs ont montré que l'acupuncture peut changer les éléments du sang comme faire augmenter les numéros des globules blancs, des neutrophiles, des granulocytes et des lymphocytes et intensifier leur capacité phagocytaire; expérimentations sur les malades: Nguy Nhu Thu et Vuong Le Sam (Chine); expérimentations sur les lapins: Université militaire n. 4 (Chine) (Cité dans l'œuvre "CHAM CUU HOC", volume 2, pag. 210 - Editeur: Institut de Médecine Chinoise - Hanoï - Vietnam -1979).


Ces deux derniers études (7 et 8) confirment la correction de l'indication de l'acupuncture dans les inflammations et dans les infections bactériennes et virales.